L'Actu radio

ANW - Les webradios françaises se fédèrent

Dopées par la montée en puissance de l'internet haut débit, les principales webradios françaises viennent de se fédérer au sein d'une nouvelle association afin de "faire entendre leur voix". Une information RadioActu.

ANW - Les webradios franaises se fdrent

Bien que leur audience reste relativement confidentielle, les webradios comptent de plus en plus d'adeptes chez les internautes français équipés du haut débit. Représentant une offre alternative aux stations FM traditionnelles, les webradios bénéficient désormais d'une qualité d'écoute comparable ou supérieure aux stations hertziennes. Certaines d'entre elles enregistrent plusieurs milliers d'auditeurs simultanés. De même, plusieurs stations FM, telles que FG DJ Radio et NRJ, ont lancé des déclinaisons thématiques de leurs programmes, exclusivement diffusées sur internet. La France compte désormais plus d'une centaine de webradios, dont le développement est favorisé par la rareté des fréquences hertziennes et un coût d'exploitation très largement inférieur à celui des stations FM. Créées par des personnes privées, des associations ou des sociétés privées, les webradios font face à une situation juridique extrêmement floue. Face à cette problématique, 15 d'entre elles viennent de se fédérer au sein de l'Association Nationale des Webradios - France Webradios (ANW), présidée par Sébastien Petit (Paris One). Elles indiquent se heurter à "deux problématiques majeures", concernant l'inadaptation de la règlementation et les exigences financières des sociétés de droits d'auteur, dont elles regrettent "le manque de clarté sur le sujet". Elles estiment également que "les différentes institutions et acteurs du marché ne prennent pas en compte la réalité économique du secteur".

Au sein de l'ANW, les webradios entendent "mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires au développement et à la promotion, tant au niveau national qu'international, des programmes radio empruntant le réseau internet". Selon l'enquête Profiling-Ipsos de janvier 2005, l'écoute de la radio en ligne arrive en 4ème position des opérations sur le web, avec 34% de sollicitations, précise l'ANW. Estimant être "au coeur d'une révolution culturelle", les webradios fraçaises expliquent l'urgence de se regrouper "afin d'y participer pour ne pas la subir". A terme l'ANW souhaite s'imposer comme le représentant de l'ensemble des opérateurs radio sur le web. "Les différentes institutions vont enfin avoir l'interlocuteur unique qu'elles réclamaient pour négocier avec elles. Et c'est avec conviction que les Webradios comptent faire entendre leurs voix", poursuit l'ANW. Le conseil d'administration de l'ANW est présidé par Sébastien Petit (Paris One). Il est composé de Alexandre Martinat (Fréquence 3), vice-président, Sébastien Troquier (La Radio de Sebb), trésorier, et de Claire Thomas (Rock One), secrétaire. L'ANW regroupe également Jean-Michel Brosseau (La Radio de la Mer), Emmanuel Chanteloup (Bide & Musique) et Franck Milcent (La Grosse Radio) ainsi que les stations 4U radios, Click'n Rock, Crock FM, Radio ABF, Radio Blagon, Radio DLV, RMX Radio et Xstream80.