AES – Trois questions à Philippe Delacroix, DG de Digigram

571
571

GPRS/RadioActu : La notoriété de Digigram, sa réussite et celle de ses partenaires technologiques nous autorisent à vous poser une question sur votre vision de l’évolution du marché.
Ph. D : Je commencerais par un mot sur la stratégie de développement et de croissance de Digigram SA. Il y a dix ans Digigram à commencé avec les cartes audio, qui ont permis de numériser et d’automatiser les radios commerciales. Ce succès c’est fait au travers d’éditeurs de logiciels, dont les Nétia, Dalet et autres compagnies qui ont utilisés les technologies de Digigram pour développer leurs applications avec les standards broadcast nécessaires. Nous avons été le partenaire technologique qui leur a permis de démarrer et nous les protégeons. Ce Business Modèle, qui a aussi été exporté, a fonctionné et fonctionne toujours mais amène à une certaine saturation.

GPRS/RadioActu : Alors, quelle est la solution ?
Ph. D : Digigram depuis 1997, date de son entrée en Bourse, a affiché une croissance et un développement important et a décidé de se renforcer dans le broadcast, du studio jusqu’à la transmission FM, avec les produits AZTEC. Puis, toujours avec AZTEC, une deuxième phase : le choix stratégique d’aller sur de nouveaux marchés, le Public Adress (diffusion du son de qualité dans les lieux publics) et l’audio sur réseaux. Et enfin l’achat d’Innova-Son nous amenant les consoles live audio nous permettant de faire la sonorisation professionnelle d’événements live, pour d’ici 2003 arriver à 50 % pour la partie Broadcast et 50 % pour le Public Adress.

GPRS/RadioActu : Quelle est donc votre vision ?
Ph. D : Aujourd’hui on voit partout des concepts de streaming IP, qui soit disant vont résoudre tous les problèmes de distribution des sons des maisons de radio mais ce que nous voyons c’est plus une cohabitation d’un réseau de contribution de très haute qualité “synchrone”, technologie type EtherSound, qui permet de remplacer les grilles de commutations et d’échanger ou distribuer des signaux dans une qualité optimale en temps réel. A côté de cela, dans le monde de l’automatisation de la radio, nous pensons que les éditeurs de logiciels devront évoluer pour passer d’un modèle Client/Serveur, solution informatique un peu basique, à un mode streaming ou il y aura une séparation entre l’ergonomie, le contrôle et les flux audio. Il y aura des codecs qui font du streaming, du contrôle qui va gérer ces flux audio et une ergonomie qui peut être ailleurs et qui est ce que verra l’utilisateur. Plus qu’une orientation vers le PC, je vois une migration vers le réseau audio avec un pilotage à l’ergonomie séparée. Le PC ne sera plus le centre du monde, ce sera le réseau.

Le Guide Professionnel de la Radio et du Son (GPRS) et RadioActu.com ont rencontré Philippe Delacroix à l’occasion de la 112ème Convention de l’Audio Engineering Society (AES) qui se déroulait à Munich.
Voir notre dossier spécial AES


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE