CSA – Communiqué du 26 mars 2002

415
415

Á plusieurs reprises, et notamment les 5 et 19 mars 2002, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a appelé avec insistance les chaînes de télévision et de radio à ne pas s’inscrire prématurément dans une logique de second tour, afin de respecter l’esprit des institutions et le droit à l’information de nos concitoyens. En conséquence, il leur a demandé, d’une part, de réduire la place relative accordée sur leurs antennes à MM. Chirac et Jospin et à leur soutiens par rapport à celle de l’ensemble des personnes souhaitant concourir à l’élection et, d’autre part, d’accorder des temps de parole significatifs aux autres candidats, en particulier à ceux qui paraissent avoir une capacité non négligeable de réunir les parrainages nécessaires à leur participation effective à l’élection présidentielle.
Réuni en assemblée plénière le 26 mars, le Conseil a constaté, au vu des relevés de temps d’antenne et de parole de la troisième semaine de mars, qu’une inversion de tendance se confirme quant à la répartition entre les temps cumulés accordés à MM. Chirac et Jospin et ceux dont ont bénéficié les autres candidats. Alors que, au mois de février, le cumul des temps de parole des deux premiers dépassait, parfois très sensiblement, la moitié du temps de parole des candidats sur TF1, France 2, France 3, Canal+ et M6, il est désormais passé, pour la période allant du 1er au 22 mars, sous la barre des 50 % pour les cinq chaînes concernées. Le Conseil, qui voit là un résultat encourageant de ses interventions, demande aux chaînes de confirmer et d’accentuer ces efforts vers l’équité jusqu’au début de la campagne officielle, laquelle instaurera une stricte égalité entre tous les candidats figurant sur la liste établie par le Conseil constitutionnel.
Par ailleurs, le CSA constate que plusieurs candidats qui semblent susceptibles de pouvoir concourir à l’élection continuent de ne disposer, tant dans les journaux télévisés que dans les magazines d’information, que d’un temps de parole trop réduit. Il a rappelé aux chaînes de télévision concernées que cet état de fait est anormal. Il leur demande de le corriger d’ici le 4 avril, veille de l’ouverture de la campagne officielle.

26 mars 2002Communiqué n° 479 du 26 mars 2002


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE