Digigram – Entretien avec Philippe Delacroix

3084
3084

RadioActu : Le retrait de Perfectis Private Equity est-il la seule raison de l’annulation du Management ?
Philippe Delacroix : Oui, c’est la seule raison. Pour rappel : la société Perfectis Private Equity a subitement annulé sans raison valable le projet de Management Buy Out que nous menions ensemble depuis plusieurs mois, alors que cette opération était en phase de dénouement. Heureusement cet événement n’affecte pas la santé financière de Digigram car par définition il n’y avait pas d’injection de cash nouveau dans le cadre de cette opération de MBO. Nous affichons un solide bilan financier avec une trésorerie en progression qui s’établit à 3,3 M€ et un faible endettement.

RadioActu : Pour quelles raisons les co-fondateurs et actionnaires majoritaires de Digigram veulent-ils se retirer de la gestion de la société ?
Philippe Delacroix : Après 18 ans à la tête de l’entreprise, Philippe Girard-Buttoz et Marian Marinescu souhaitent prendre du recul et laisser à d’autres personnes la tâche de mener Digigram vers de nouvelles technologies et de nouveaux marchés. C’est déjà avec cette perspective que je suis entré chez Digigram en 2001 et depuis 2002 j’assume la responsabilité opérationnelle de l’activité au sein du groupe Digigram. Après l’annulation du MBO, Philippe et Marian s’emploient à trouver une nouvelle solution qui leur permettra de se retirer de Digigram, tout en assurant sa pérennité .

RadioActu : La baisse du chiffre d’affaires et les incertitudes économiques ne remettent-elles pas en question la fusion Audemat-Aztec ?
Philippe Delacroix : La nouvelle société Audemat-Aztec, issue de la fusion d’Audemat et de notre ancienne filiale Aztec Radiomedia, n’est pas mise en cause et elle est effective depuis le 31/12/2002. La management d’Audemat-Aztec gère cette société et la fusion opérationnelle des deux entités avec une grande autonomie, Digigram n’étant plus opérateur mais simplement un actionnaire industriel à hauteur de 40%.

RadioActu : Quelle est votre stratégie pour les années à venir ?
Philippe Delacroix : Digigram maintient sa stratégie pour s’imposer sur le marché de l’audio sur réseau pour le Broadcast et le Public Address, tout en maintenant sa position dominante sur le marché des cartes son professionnelles. Nos technologies comme EtherSound ou Exaudi sont des innovations qui balisent le chemin à suivre. Parallèlement, nous continuons de faire évoluer notre gamme de cartes sons, récemment par exemple avec de nouvelles modèles, des drivers Linux en open source ou une migration de notre gamme vers le nouveau standard universal PCI 3,3V. Le développement produit de Digigram reste concentré sur les besoins du marché et l’innovation technologique.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE