Europe 2 – Marie Lecoq « au service des auditeurs »

252
252

Marie Lecoq était en effet en direct du Fnac Café de Lille. Peu après 12h, Marie Lecoq sort de 3 heures d’un direct, un peu fatiguée. Interview et impressions.

RadioActu : Marie Lecoq, qui êtes vous ?
Marie Lecoq : (hésitations) Je suis, je suis, je suis un outil… Au service de la radio, au service des auditeurs, en particulier quand je me déplace. Un outil pour diffuser des envies, des émotions…

RA : Tous les 15 jours vous partez en vadrouille, aujourd’hui vous êtes à Lille. Qui a eu l’idée de cette émission ? Quelle est la prochaine étape ?
ML : C’est moi qui ai eu l’idée de cette émission. Je ne voulais pas rester trop à Paris. Je suis une éponge, j’absorbe facilement l’ambiance de l’environnement, souvent terne à Paris. Alors forcément, ce sont des choses qui finissent par se sentir à l’antenne. J’avais très envie de prendre un autre air, une autre ambiance et ça le plus souvent possible. Mais surtout d’aller à la rencontre du public. Quand je suis à Paris dans mon studio, je ferme les yeux et j’imagine vraiment les gens qui m’écoutent ! La prochaine c’est Nantes, Montpellier et un peu plus tard Avignon d’où je suis d’ailleurs et ça me fait super plaisir d’y aller.

RA : La radio vous y êtes venue par hasard ou par passion ?
ML : Les deux ! Les deux parce qu’en fait, je faisais des études au conservatoire du cinéma en réalisation. Pour faire ces études, je suis entrée comme assistante à NRJ, puis j’ai eu mon diplôme, mais là j’ai tout laissé tomber car j’aimais tellement la radio ! Aujourd’hui, je fais cela depuis 10-12 ans, et je suis très heureuse.

RA : Que vouliez vous faire étant enfant ?
ML : Quand j’étais petite, je voulais être chanteuse, mon grand-père m’enregistrait, il me faisait monter sur un tabouret et j’inventais les paroles au fur et à mesure. Plus tard, je voulais m’occuper des enfants autistes.

RA : L’émission de vos rêves, vous la feriez comment ?
ML : Comme je la fais tous les matins ! Quand j’ai pris le 9h-12h, je me suis dit « bon alors Marie, il faut que tu fasses de la radio comme tu aurais envie de l’entendre. » J’avais envie de transmettre de réelles émotions, d’avoir un discours, de tenir des positions. Je suis en train de vivre un rêve. Je suis toujours en veille pour la radio, j’ai toujours un petit carnet sur moi. Dés que je vois quelque chose qui me fait réagir, j’écris des billets d’humeurs.

RA : L’émission « C’est quoi ce bordel » reviendra t’elle à l’antenne ?
ML : Peut être… En tous cas on en parle sérieusement. Nous nous sommes arrêtés parce que Laurent est au théâtre et ça cartonne. Il va se faire une année de théâtre bien remplie. On reparle déjà de radio ensemble. Il y a 2 ans qu’il avait écrit sa pièce. Un jour un producteur l’appelle et lui dit : « ta pièce je la veux ! » Voilà… Il vit un rêve, moi le mien, on est toujours potes, je l’aime.

RA : Que deviennent les causes que vous défendiez à l’antenne comme « Le clébard à 7 patates » ?
ML : On continue à bosser avec eux, Laurent aussi. Je démarre en juin des soirées édonistes, je vais réunir tout les plaisirs, toutes les choses qui me sont agréables. Je vais jouer avec mon groupe. Les soirées se dérouleront au Karting de Nanterre et tous les bénéfices iront à l’ANECAH. C’est une association qui élève des chiens pour les personnes handicapées, puis ils sont donnés. Ce sont des chiens qui coûtent 70 000 francs, et avec Franck, un de nos auditeurs, membre de l’ANECAH, qui ne peut pas marcher, on organise un match de football à Bercy avec des personnalités.

RA : Comment va Marie Golotte ?
ML : Elle va bien, son petit livre se vend bien. C’est une autre partie de moi…

RA : Elle va en écrire un autre ?
ML : Oui, mais un sérieux cette fois, pas sous ce nom… Un livre avec mon papa. On va l’écrire sans se voir… Je l’ai connu tard, à 3 ans, et je l’ai vu à peu près une fois par an jusqu’à maintenant. Il a vécu comme un fantôme sur ma vie et moi comme un fantôme sur la sienne… On parlera de la façon dont on a vécu, chacun de notre côté.

RA : Vous êtes actuellement chroniqueuse dans l’émission « Ca me révolte » sur M6, vous avez d’autre projets télé ?
ML : En fait, je ne pensais pas refaire de télé car je n’ai pas cette soif de reconnaissance. Mais quand on m’a appelé pour « Ca me révolte » j’ai dit OK. J’aime bien l’ouvrir sur des choses qui m’énerve, d’en rigoler c’est une bonne façon d’en parler. Mes projets sont surtout musicaux. Je suis dans un groupe de rock, « Marie and the Sunshine Band », je suis chanteuse. Donc le projet c’est l’album, on travaille en collaboration avec Axel Bauer. Je pense qu’il faudra 1 an – 1an et demi avant sa sortie.

RA : La radio avec 2 émissions, une quotidienne, le 9h-12h et une hebdomadaire, « Les lundi VIP », la télé, l’écriture… Il y a d’autres voies que vous aimeriez explorer ?
ML : Plein ! Trop même… Mais avant, je voulais me ranger dans un tiroir à me dire « Marie tu fais ça et tu ne fais que ça ! » Mais impossible, j’explose vite !
RA : Dans quel média vous sentez-vous la plus à l’aise ?
ML : La radio, je la préfère largement ! On y impose aucune image.

RA : Il n’y a que l’animation qui vous intéresse ?
ML : Il y a un truc qui m’éclate, c’est la programmation musicale. La programmation parce que si je ne suis pas bien assise dans une prog qui ne me plaît pas, ça va diffuser une humeur bizarre ou je vais vendre un truc que je n’aime pas. Aujourd’hui, je suis hyper heureuse dans la prog. Europe 2 a cherché son identité pendant un an et là je pense qu’on est vraiment pas loin de la vérité. Je sens grâce à mes visites en province qu’il se passe quelque chose, je suis vachement confiante.

[Pause dans l’interview, un auditeur visiblement intimidé apporte des fleurs à Marie. Si c’est pas mignon !]

RA : Laurent Baffie cartonne au Théâtre du Gymnase, un peu de scène, ça ne vous tente pas ?
ML : Alors, Laurent je lui ai dit « t’es salaud, t’aurais pu me prendre dans ta pièce ! » Mais il m’a dit qu’il avait besoin de 2 gros seins ! Peut être qu’un jour on fera quelque chose ensemble… En fait j’ai écrit une sitcom dont il a accepté d’écrire les dialogues, parce que je suis nulle en dialogues. Ce truc ne verra peut être jamais le jour, mais on va bosser là dessus.

RA : Il y a longtemps que vous connaissez Laurent ?
ML : On a un meilleur ami commun, Pascal Selem. Ce meilleur ami me planquait un peu à Laurent. Moi et lui, nous nous sommes rencontrés par hasard à une fête, c’est parti au quart de tour… Je lui ai dit que j’avais deux rêves : bosser à Europe 2 et bosser avec lui…

RA : Qu’est-ce qui fait courir Marie ?
ML : L’amour ! J’adore rencontrer des gens, bouger, me perdre, me mêler… C’est mon côté gitane ! J’en ai les origines du côté de mon père.

RA : Le mot de la fin ?
ML : Je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse. Le bonheur, j’en suis certaine, restera si je continue à ne pas me trahir, à être honnête et en accord avec ce que je suis…

> Marie Lecoq sur Europe 2 : 9h-12h du lundi au vendredi, « Lundi VIP », chaque lundi à 19h.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE