Ici & Maintenant – Dérapage en direct

592
592

Le CSA, considérant qu’aux termes de l’article 6 de sa convention l’association Fondation Ici et Maintenant « doit veiller dans ses émissions au respect de la personne humaine, à l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes et à la protection des enfants et des adolescents », a adressé une mise en demeure à l’association Fondation Ici & Maintenant. Cette mise en demeure fait suite à une émission de libre antenne qui avait pour thème principal « Les interdits et les fantasmes » diffusée sur Ici et Maintenant le 4 août 2001 entre 23 heures et 24 heures et au cours de laquelle un auditeur d’une soixantaine d’années, prénommé Georges, est intervenu, à 23h20, pour raconter l’expérience sexuelle qu’il avait eue avec une mineure de douze ans et demi. Le CSA, a considéré « que les propos tenus par cet auditeur s’apparentent à un éloge de la pédophilie et de la prostitution enfantine (et) que les animateurs d’Ici et Maintenant se sont montrés complaisants avec lui et ne sont pas intervenus pour l’interrompre ».

Le CSA, considérant que ces propos portent atteinte au respect de la dignité de la personne humaine et sont susceptibles de nuire gravement à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs, a décidé de mettre en demeure l’association Fondation Ici et Maintenant de respecter, sans délai, les articles 1er et 15 de la loi du 30 septembre 1986 et l’article 6 de sa convention en ne diffusant plus de propos susceptibles de porter atteinte à la dignité de la personne humaine ou de nuire gravement à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs.

Rappelons que par le passé la station avait fait l’objet de plusieurs mises en garde de la part du CSA pour « défaut de maîtrise de l’antenne » et « diffusion répétée lors des émissions de libre expression de propos racistes, antisémites ou négationnistes » en septembre 1993 et mars 1994, tenus pas des auditeurs au cours d’émissions de libre antenne, sans que l’animateur ne modère ces propos. Didier de Plaige, fondateur et président de la station avait alors porté plainte contre les auteurs de ces propos. Le 10 août 1995, le CSA refusait de reconduire l’autorisation d’émettre de la station. En 1997, cette décision avait été annulée par le Conseil d’Etat, qui avait par ailleurs condamné l’Etat à verser la somme de 7 000 francs à la station. Qualifiant d' »hypocrite » l’attitude du CSA, Ici & Maintenant a repris ses émissions le 25 avril dernier sur 95.2 FM à Paris.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE