Jean-Philippe Denac – « RFM passe devant Chérie FM et RTL2 ; une superbe nouvelle pour toute l’équipe »

648
648

Radioactu : Quelles sont, selon vous, les raisons pour lesquelles RFM a progressé lors de cette vague de sondages ?
Jean-Philippe Denac : C’est une stratégie claire, forte et appliquée. Cette stratégie est ciblée sur les 35-49 ans, elle touche aussi les parents et les enfants. RFM est une radio diversifiée, musicale, populaire et moderne. Tout cela a été appliqué par mes équipes, que ce soit les personnes qui s’occupent de la communication, des partenariats, les animateurs à Paris et en régions. A force de garder le même cap et de tenir la barre dans le même sens, nous en récoltons les fruits. Je reste très serein car nous savons que les sondages vont et viennent. Médiamétrie fait du « top of mind » (ndlr : en marketing, cela correspond au nombre de fois ou une marque est citée en première place en notoriété spontanée), donc les sondages passent beaucoup par la marque, ce n’est pas du réel. En tout cas c’est une très belle vague pour RFM, nous dépassons de loin tous nos concurrents directs, alors que les radios musicales sont plutôt à la baisse. RFM prouve, grâce à cette audience et à la durée d’écoute, qu’elle est une radio solide et bien installée dans le marché.

Radioactu : Selon vous, hormis RFM et quelques autres stations, pour quelles raisons l’audience de la radio est-elle en baisse ?
Jean-Philippe Denac : Il faut leur poser la question directement. Nous travaillons pour notre marque et ne copions pas les autres. En arrivant sur RFM, j’ai trouvé une radio qui avait besoin d’être rafraîchie, il fallait reconquérir les auditeurs en imposant un nouveau format. C’est ce que j’ai fait ; cela prend du temps. Je savais que cela allait fonctionner, car RFM correspond à ce que la France écoute. Je n’oublie jamais que nous ne faisons pas de la radio pour le 8e arrondissement de Paris, mais pour la France. RFM ressemble à la musique que les Français aiment : un bon Goldman, un bon Rihanna, un bon Bruno Mars, un bon Police, un très bon Kool and the Gang, un excellent Michael Jackson… Aucune radio ne le faisait, RFM le fait. Ce format plaît aux auditeurs : j’en suis ravi.

Radioactu : Ces résultats ne sont donc pas dus au hasard selon vous… RTL2, dont la programmation n’évolue pas beaucoup, est assez fidèle à sa programmation, comme RFM l’est avec la sienne. Pourtant ces deux stations passent l’une devant l’autre régulièrement au fil des sondages…
Jean-Philippe Denac : Nous sommes passés devant RTL2 sur cette vague. On ne va pas le claironner, les choses peuvent changer très vite, on sait comment cela fonctionne : le « top of mind », le déclaratif… J’ai mis en place le format pop-rock de RTL2 lorsque j’y travaillais ; je le connais très bien. A l’époque, ce format était propice à ce « sound code » pop-rock. Aujourd’hui le pop-rock est ringard ; il devient poussiéreux et rocailleux. La musique d’aujourd’hui est la pop musique, ce qu’incarne RFM. Aujourd’hui les gens sont fatigués, tristes et veulent aller bien. Le pop-rock les soulent, ils veulent de la musique « happy », sympa, moderne et des golds super positifs. RFM incarne cette nouvelle tendance. Elle est passée devant Chérie FM, MFM, RTL2. Cela représente plus de 52 000 auditeurs sur l’année, plus 109 000 sur cette vague. On constate que le morning, qui est le poumon de la radio, réalise sa plus importante performance depuis 2002. Cela prouve que la radio est un très bonne santé. Nous avons tout de même gagné 270 000 auditeurs sur le morning en l’espace d’une vague, soit plus de 28% d’audience sur le matin. En choisissant Bruno Roblès et Justine Fraioli, je savais qu’ils incarnaient au mieux nos auditeurs. Grâce à ce morning, RFM est la première musicale en dual écoute sur les 35-49 ans et la première musicale d’Ile-de-France.

Radioactu : La grille de rentrée ne représentera donc pas beaucoup de travail…
Jean-Philippe Denac : C’est faux. Il faut constamment rester en position de conquérant. La radio change tout le temps, il faut savoir ce qui se passe ailleurs… Comme un sondage en balaie un autre, rien n’est gagné. Nous restons humbles. Le succès de RFM sur cette période est la constance, l’implication des animateurs et le respect de la stratégie du format. La chute dramatique de Chérie FM et le net recul de RTL2 sont dus à leurs responsables, qui ont voulu toucher des choses. Je bénéficie du déréglage des autres, je reste humble. Je pense que RFM est la radio la plus constante actuellement. Elle reste fidèle à sa stratégie, à sa musique et à ses auditeurs, sans changer toutes les quatre minutes.

Radioactu : La grille de rentrée sera-t-elle identique à la précédente ?
Jean-Philippe Denac : Plus ou moins. Nous allons procéder à quelques changements et à des ajustements, nous en reparlerons à la rentrée. C’est la suite de la stratégie : nous étions au 3e étage et allons passer au 4e. Nous montons doucement mais sûrement, sans dérégler les choses. La stratégie de rentrée, c’est la constance : le format est bien en place et nous allons passer un bel été car nous avons réalisé de bons sondages. Les radios qui font de nombreuses annonces pour la rentrée sont des radios qui doivent changer, qui se cherchent. Ce n’est pas notre cas : Bruno et Justine seront là à la rentrée, je suis rassuré et très content qu’ils soient là. J’ai fait le bon choix et eux sont ravis de rester avec RFM. J’aime les gens, mes équipes, j’aime rester fidèles aux gens avec qui je travaille. Si les gens ont parfois des petits moments de faiblesse, ce n’est que passager. S’il y a un coup de faiblesse il faut tenir bon. J’ai la chance d’avoir des patrons comme Denis Olivennes et Richard Lenormand, qui me font confiance dans mes choix et qui m’aident constamment à les mettre en application.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE