Le Mouv’ – Extension de la diffusion

252
252

Lors de son lancement en 1997, Le Mouv’ avait bénéficié d’une fréquence à Mende. En septembre 2001, cette fréquence avait été affectée à la diffusion de France Bleu. A l’époque, cette décision avait provoqué l’indignation des jeunes lozériens qui avaient récolté plus de 800 signatures sur une pétition demandant la reprise des émissions du Mouv’. Ils estimaient à l’époque que la politique de Radio France consistant à diffuser en priorité Le Mouv’ sur les grandes agglomérations urbaines était une attitude discriminatoire à l’égard des jeunes ruraux. Le Conseil Départemental de la Jeunesse en Lozère s’était également indigné de l’arrêt de la diffusion du Mouv’.

En octobre 2001, dans un entretien accordé à RadioActu, Marc Garcia, directeur du Mouv’, avait pour sa part déploré l’arrêt de la diffusion à Mende. Il estimait alors que « c’est probablement encore plus une mission de service public que de développer une offre alternative par-rapport à l’offre commerciale dans les régions où l’offre est la plus faible, notamment dans les zones rurales. C’est sûr qu’à Mende une radio comme Le Mouv’ avait un certain succès, et quand elle a cessé d’émettre, elle a provoqué des réactions qui valaient bien celles des auditeurs de FIP. D’ailleurs toutes les stations qui arrêtent d’émettre engendrent des orphelins du programme et c’est tragique ». Désormais, depuis le 2 juin dernier, Le Mouv’ a mis en service un émetteur à Mende (Lozère) sur 107.2 FM. Cette mise en service intervient 6 mois après que la station se soit vue attribuer l’usage de cette fréquence par le CSA.

De même, depuis fin mai, Le Mouv’ diffuse ses programmes sur la ville de Reims (101.1 FM). Il s’agit de la première fréquence de la station sur l’Est de la France. Ces deux fréquences vont permettre au Mouv’ d’accroitre le bassin de population couvert d’environ 200 000 personnes. Néanmoins, il est fort vraisemblable que Le Mouv’ ne puisse bénéficier d’une couverture nationale équivalente à celle des autres stations de Radio France. Jean-Marie Cavada avait expliqué à RadioActu les difficultés d’extension liées à la rareté des fréquences. « C’est la raison pour laquelle je ne peux pas obtenir du CSA des fréquences partout sur les grands bassins des villes universitaires françaises où j’en aurai besoin, explique Jean-Marie Cavada. « Il faudra probablement attendre pour avoir un réseau national dans ce domaine une nouvelle génération de système d’émetteurs, qui serait soit le DAB soit une radio numérique accompagnant un bloc télévisé », estime le président de Radio France.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE