Maryam Salehi (NRJ Group) – « Nous constatons ces chiffres mais n’expliquons pas l’ensemble des évolutions »

1106
1106

Radioactu : Comment le groupe NRJ accueille-t-il ces résultats d’audience de rentrée ?
Maryam Salehi : Le groupe NRJ est surpris par les fortes évolutions constatées par Médiamétrie. Nous constatons ces chiffres mais n’expliquons pas l’ensemble des évolutions. Nous sommes fiers de la grille NRJ qui a été couronnée de 16 progressions consécutives (évolutions annuelles de PDA) et que nous ne remettons pas en cause sur une période aussi courte. Sur l’ensemble de la journée, NRJ est la 1ère radio de France auprès du public de moins de 75 ans en AC avec une large avance de +11%, ainsi qu’en PDA auprès du public de moins de 60 ans avec +27% d’avance. Entre 6h et 9h, « Manu dans le 6/9 » enregistre d’excellentes performances avec 3 116 000 auditeurs quotidiens : c’est la 1ère matinale de France sur les moins de 65 ans, avec +27% sur le suivant immédiat. NRJ reste la 1ère radio de France, ex-aequo avec RTL, à 11,5% d’AC. Tous nos objectifs, y compris ceux qui étaient considérés à l’époque comme utopiques, ont été maintenus sur cette stratégie : nous verrons au sondage suivant ce qu’il en est.

Radioactu : En septembre 2013, Jean-Paul Baudecroux espérait atteindre les 13% un an plus tard. Qu’en est-il ?
Maryam Salehi : Les engagements tenus par Jean-Paul Baudecroux sur les 13% d’audience cumulée pour NRJ ont été tenus lors du précédent sondage d’avril-juin 2014. Le nouvel objectif fixé est de 14% d’audience cumulée dans les deux ans à venir. Jusqu’à présent, chacune de nos promesses a été maintenue dans les temps, nous les atteindrons comme annoncé dans les deux ans à venir.

Radioactu : Quels sont les points forts du groupe ?
Maryam Salehi : Une marque et une promesse claire de divertissement pour chaque radio du groupe NRJ qui sont respectées et reconnues du grand public. Mais aussi la complémentarité des quatre formats clairement identifiés formée par NRJ, Nostalgie, Chérie FM et Rire & Chansons, qui permet de toucher un large public. Les synergies avec les télévisions du groupe permettent en outre de renforcer la puissance de communication et de toucher de nouveaux publics. Enfin, l’ADN du groupe, le divertissement, se décline distinctement dans chacune des marques du groupe.

Radioactu : … et ses points faibles sur lesquels travailler ?
Maryam Salehi : Le groupe n’a pas réellement de points faibles, en dehors éventuellement de la volatilité des audiences publiées par Médiamétrie. Nous restons vigilants sur les évolutions des autres secteurs du divertissement, notamment la consommation de musique en ligne gratuite, ainsi que sur la législation des quotas francophones dans un contexte de tarissement marqué de la production francophone.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE