.Nolderise

520
520

Originaire des Yvelines, .Nolderise est arrivé sur le devant de la scène électro en 1999, avec un premier quatre titres intitulé « Radio Shack ». Un an après, le projet « Dinditronic » était largement salué par la critique. Hervé, Nicolas, Sébastien et Jildaz s’apprêtent aujourd’hui a sortir un premier album, dont les spécialistes du genre devraient se régaler. Jildaz Le Bras, le bassiste du groupe, a répondu aux questions de Musicactu.

Comment a commencé l’aventure .Nolderise ?
Ce sont quatre potes qui se sont rencontrés au lycée. A la base, tout le monde jouait dans divers groupes puis on s’est retrouvés dans le projet .Nolderise il y a quatre ans. Je suis le dernier arrivé mais le groupe existait déjà depuis deux ou trois ans sous une autre forme, avec un genre de musique différent. On a commencé à jouer ensemble et tout s’est mis en forme, répétition après répétition.

Vous avez connu des débuts difficiles ?
Au début, il faut un peu s’accrocher et tout faire soi-même, c’est normal ! Tu envoies tes cassettes, tu démarches tes concerts, ça prend du temps mais c’est passionnant. On contrôle encore beaucoup de choses aujourd’hui.

Vous vous occupez encore de l’aspect promo ?
Je me suis occupé de la presse, radio, télé jusqu’à l’année dernière. Je ne sais pas encore comment cela va s’organiser pour le prochain album, tout dépend des partenaires que l’on va trouver.

Comment se compose la musique de .Nolderise ?
Basse, batterie, guitare, clavier mais peu de chant. Il y a simplement quelques interventions vocales lancées avec un sampler.

En 1999, vous avez sorti un premier quatre titre, « Radio Shack », qui s’est très vite retrouvé en écoute à la Fnac. Comment en êtes-vous arrivés là ?
Tout d’abord, on a décidé de sortir un CD car c’est un support plus professionnel que la cassette. Nous avions seulement les moyens de sortir un quatre titres, enregistré dans une salle de St-Germain-en-Laye. Par la suite, le CD devait être placé dans des endroits visibles. La Fnac Parly 2 a accepté de prendre une partie de nos disques, comme ils le font avec beaucoup de groupes. Le CD a été placé en écoute et cela a bien marché.

…à tel point que de nombreux magazines ont parlé de .Nolderise !
La Fnac nous a permis d’avoir une super visibilité au niveau des médias et des retombées pour les concerts. Les groupes qui démarrent doivent essayer de démarcher la Fnac, c’est une grosse entreprise mais elle est prête à prendre quelques disques en dépôt-vente et à les mettre en écoute.

Après ce premier CD, .Nolderise a sorti « Dinditronic » en 2000, un nouveau cinq titres qui a été salué par la critique…
Cet album est vraiment monté en puissance grâce au précédent projet. On s’y reconnaît plus, il a été mieux travaillé. Musicalement, nous étions plus mûrs pour ce deuxième cinq titres, qui n’a rencontré aucun problème pour la visibilité en magasin. Nous sommes en partenaria avec La Baleine, une boîte de distribution qui nous a ouvert tout le territoire et d’autres pays : Belgique, Espagne et toute la partie Internet. Cela a été un super changement, nous sommes très contents de l’accueil de « Dinditronic » par la critique.

Tu dis que le groupe a mûri entre les deux enregistrements. Dans quel sens ?
Nous avons un peu perdu notre côté rock presque quasi-progressif pour nous tourner un peu plus vers la house. Cela a encore pris une tournure différente aujourd’hui, à découvrir sur le prochain album.

Justement, où en êtes-vous dans l’élaboration de cet album ?
Les maquettes sont prêtes. Reste à conceptualiser l’album, lui donner une couleur et choisir les chansons. Ce sera assez différent de « Dinditronic ». Il y aura un peu plus de chant notamment.

Est-ce que .Nolderise a suivi l’affaire Napster et la polémique concernant le téléchargement de fichiers musicaux gratuits ?
Je crois savoir que nos titres sont pas mal téléchargés sur Internet. C’est plutôt bénéfique à notre stade de développement. En tout cas, nous ne sommes pas offusqués par les téléchargements. Il est vrai que le métier pourrait devenir plus difficile si la musique ne se vend plus, dans l’absolu.

Qui s’est occupé de Nolderise.com, votre site officiel ?
Sébastien (clavier) qui a suivi une formation d’infographiste. Il élabore aussi les tracts et affiches pour les concerts. Nous avons pas mal de bons retours sur le site et cela nous permet de garder une certaine visibilité, en attendant la sortie de l’album.

Je crois savoir que .Nolderise est un groupe de scène, c’est plutôt étonnant pour une formation électro !
La centaine de concerts que nous avons fait nous a permis de gagner en expérience. Nous prenons cela de plus en plus au sérieux, ça demande beaucoup de travail. En tout cas, on n’a jamais autant pris notre pied et jamais autant eu envie de continuer.

Vous avez aussi couvert pas mal de festivals ?
Oui à Ruffec, Maubeuge et aux Z’éclectiques de Cholet notamment. Nous attendons de sortir un premier album pour taper dans les gros festivals.

Comment analyses-tu le succès des groupes comme Air, Daft Punk, etc ?
Daft Punk a sorti un album essentiel au bon moment et avec pas mal d’avance. Ils ont une couleur relativement familière pour les gens. Leur musique rappelle un peu les styles de la fin des années 70. Dans le groupe, on aime tous Daft Punk et on trouve normal qu’ils cartonnent autant. Air est plus en phénomène extra-français. Leur façon spéciale de s’exprimer doit être très étrange pour un anglais ou un américain, cela rend leur musique super attirante. Les artistes anglais et américains parlent souvent de la pureté du son de Air.

Certains ont reproché à Daft Punk d’avoir sorti un nouvel album trop commercial. Qu’en penses-tu ?
Leurs morceaux un peu agressifs sont moins présents sur ce deuxième album, cela m’a un peu manqué. En revanche, il y a beaucoup d’éléments accrocheurs, peut-être trop accrocheurs justement.

.Nolderise sur les ondes, c’est pour quand ?
Ca nous plairait de toucher un maximum de gens mais on continue à travailler pour faire ce que l’on aime. Si le succès vient avec, c’est super ! Mais on ne crée pas uniquement dans ce but là.

Quelles relations entrenez-vous avec les FM ?
Nous sommes conscients que notre son ne s’inscrit pas forcément dans les playlists des stations nationales. Malgré cela, RFI a passé notre titre et nous avons également eu de bons retours des radios locales.

Quel est l’avenir idéal pour .Nolderise ?
Sortir notre album avant le 1er janvier et entamer une super tournée l’été prochain avec quelques dates à l’étranger.

http://www.nolderise.com


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE