Radio France – Un programme unique qui fait polémique

478
478

Les quelques 13.3 millions d’auditeurs de Radio France vont-ils devoir écouter un seul et même programme le 9 novembre prochain ? C’est en tout cas le souhait de Jean-Luc Hees, PDG de Radio France. A l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, ce dernier souhaite en effet que les 6 chaînes nationales de Radio France et les 41 stations locales du réseau France Bleu diffusent un programme commun et strictement identique consacré à la commération de cet évènement. “Nos auditeurs, recevraient, en direct de Berlin, le plus prestigieux programme radiophonique de notre histoire”, a expliqué Jean-Luc Hees dans une note interne. Ce programme serait également relayé sur le réseau ondes moyennes de l’ARD, la radio de service public allemande. “Je n’ignore pas que cette idée a pu émouvoir, ici et là, au sein de notre Maison”, a indiqué Jean-Luc Hees, justifiant sa décision par le fait que “cette journée unique montrera à l’envi aux millions d’auditeurs qui, quotidiennement fréquentent nos programmes, l’extraordinaire diversité de nos chaînes”. Selon le PDG de Radio France, “cette antenne de Radio France n’émettra qu’un seul jour pour montrer à toutes celles et tous ceux qui l’écouteront que la mission d’un groupe comme le nôtre réside précisément dans la diversité de son offre radiophonique”. Il ajoute que ce projet a reçu l’accord du CSA et a été préparé en concertation avec les directeurs des stations de Radio France. “Je crois sincèrement qu’il est de nature à flatter le prestige de notre entreprise, là où cela compte : auprès de nos auditeurs”, a ajouté Jean-Luc Hees. (Téléchargez l’intégralité de la note de Jean-Luc Hees ci-dessous)

Un point de vue que ne partage pas le SNJ Radio France, qui estime que le projet de Jean-Luc Hees “en dit long sur sa vision du groupe” et revient à “réduire toutes les antennes de Radio France à une radio unique, comme le Parti d’avant la chute du mur”. “Comme si, à la télévision, ce jour là, il n’y avait plus France 2, France 3, la 5, etc., mais une seule chaîne !”, déplore le SNJ Radio France. “Ce jour là, Radio France abolira quarante ans de marche en avant, et prouvera aux pouvoirs publics qu’une seule chaîne c’est mieux que cinquante !”, ajoute le syndicat, s’interrogeant sur la réaction des auditeurs. Selon le SNJ Radio France, il s’agit d'”un choix éditorial qui abolit de fait la liberté d’écouter autre chose. Sauf à partir du côté de la concurrence”. Le SNJ Radio France estime qu’il ne s’agit que d’un gigantesque coup de pub de Jean-Luc Hees. “Le bruit qu’on fait dans les journaux vaut mieux que le son qu’on fait dans les radios”, ajoute le SNJ Radio France.

Mais au-delà d’un coup médiatique, le SNJ Radio France voit en filigrane un message de Jean-Luc Hees adressé aux parlementaires sur le coût des différentes stations de Radio France, alors que se prépare le Contrat d’Objectifs et de Moyens pour les 5 ans à venir. “Jean-Luc Hees est sur le point de commettre une faute éditoriale. Une faute majeure. Nous ne laisserons pas faire les bras croisés”, prévient le SNJ Radio France. Si la commération de la chute du Mur de Berlin est un évènement majeur, il eût été certainement plus judicieux pour Radio France de confier aux stations de Radio France le traitement de cette information chacune dans leurs domaines respectifs : par exemple, l’impact sur la jeunesse allemande pour Le Mouv’, les conséquences géopolitiques sur France Inter et France Info, l’intégration des Allemands de l’Est dans la nouvelle entité pour France Culture et France Musique, la découverte des régions de l’ex-RDA pour France Bleu. Une solution qui aurait certainement pu refléter vraiment la diversité des stations de Radio France, chacune d’entre elles avec ses spécificités qui lui sont propres, sans imposer à un public hétéroclite une vision et un traitement unique de cet évènement.

Téléchargez la note interne de Jean-Luc Hees
(format PDF) : cliquez ici.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE