RNT – « Arrêtons de parler des sexes des anges » – Entretien avec Patrice Gélinet et Rachid Arhab

389
389

RadioActu : Patrice Gélinet, en tant qu’homme de radio, depuis votre arrivée au CSA est-ce que votre vision du média radio s’est modifiée ?
Patrice Gélinet : Je suis président du groupe de travail analogique et numérique. La particularité de Rachid Arhab est qu’il s’occupe du numérique et ce depuis 4 ans mais le groupe de travail Radio analogique et numérique est un groupe de travail unique que je préside avec comme vice-président Rachid. Pour ce qui concerne le numérique, puisque c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui, ma vision a changé certainement. Quand je suis arrivé, je ne connaissais pas grand chose au numérique. Je n’avais pas d’idée préconçue sur le numérique, et j’en suis maintenant un ardent partisan comme l’est d’ailleurs le CSA.

RadioActu : Le rapport Kessler a été rendu public. Le CSA a eu l’occasion de réagir de manière ferme. Ne pensez-vous pas que le moratoire préconisé par David Kessler risque d’avoir un effet négatif auprès des industriels et des entreprises de radio ?
Rachid Arhab : Nous sommes déjà dans une période de moratoire depuis un moment. Il ne faut pas se cacher les choses. Dans moratoire, il y a une partie du mot qui me fait toujours peur, c’est mort. Nous avons décidé depuis un moment que ce moratoire doit servir à quelque chose et cette expérimentation lyonnaise est la preuve que nous ne sommes pas dans une période de moratoire où l’on se croise les bras et où l’on ne fait rien. Certains l’on peut-être souhaité. Ce n’est pas l’avis du CSA qui pense que les travaux doivent continuer et surtout que des conclusions commencent à être tirées. Que l’on sorte du débat, vous connaissez ma formule, de technologues et que l’on commence à demander l’avis des auditeurs. Et c’est en cela que l’expérimentation de Lyon est intéressante. Pour la première fois, nous allons véritablement partager, je l’espère, avec des auditeurs qui pourront acheter un appareil de radio qui reçoit la FM et le numérique pour qu’ils commencent à se faire un avis, un jugement. Le moratoire, tout dépend ce que vous avez envie d’en faire. Pour le CSA qui l’a montré depuis 4 ans, il y a un chemin de tracé : c’est le chemin de la numérisation de la radio, quelles que soient les difficultés. Il y en a eu beaucoup et j’en suis un témoin depuis 4 ans. Il y en aura certainement encore mais je pense que nous sommes en train d’introduire l’ingrédient qui va faire que les choses vont enfin se débloquer. Peut-être parce que tout simplement, pour la première fois, nous allons commencer à parler de la radio numérique de façon positive et non pas toujours comme un problème. Pour arriver à cela, il faut que les auditeurs prennent le relais.

RadioActu : Vous êtes ici pour le lancement de la RNT à Lyon. Le rapport Kessler préconise également un lancement de test régional sur toute la Bretagne, qu’en pensez-vous ?
Patrice Gélinet : L’important c’est que le rapport Kessler dont on a dit qu’il était un enterrement de la RNT ne l’est pas du tout. L’idée d’un moratoire, Rachid vient d’en parler, n’est pas du tout l’annonce de la mort de la RNT. Maintenant, peu importe l’endroit sur lequel cette expérimentation se fera ou se fait. On peut aussi imaginer une extension de cette expérimentation actuelle autour de Lyon, c’est encore un pas en avant vers la RNT. Je vous parle aussi en tant qu’historien et pas seulement en tant que membre du CSA. On peut le retarder, on peut être craintif devant ce qu’annonce un progrès, mais je n’ai jamais vu un progrès s’arrêter.

Rachid Arhab : Pour ce qui est des expérimentations, c’est au CSA de définir en assemblée plénière, avec le groupe de travail, quelles seraient la ou les zones sur lesquelles des expérimentations complémentaires seraient nécessaires. Pour l’instant, concentrons-nous sur ce que nous avons entre les mains. Nous avons un outil ici à Lyon, une expérimentation grandeur nature. Essayons de concentrer nos forces pendant quelques temps sur cet endroit là plutôt que de nous disperser tout de suite. Les organisateurs de cette expérimentation ont fait un très gros travail, aussi bien VDL que toutes les radios qui participent à cette expérimentation. Laissons leur un peu le temps de faire des mesures et d’enregistrer les premières réactions des auditeurs.

RadioActu : Il peut donc y avoir d’autres expérimentations ou démonstrations par la suite ?
Patrice Gélinet : Tout à fait et c’est au CSA d’en décider. C’est à l’étude actuellement.

Rachid Arhab : Pour prolonger ce que dit Patrice, ce sera aussi fonction de ce que prouvera l’actuelle expérimentation. Si l’expérimentation de Lyon répond à toutes les questions qui sont posées aujourd’hui par ceux qui hésitent encore à aller vers la radio numérique, ce ne sera pas la peine de multiplier les expérimentations ad vitam. Si l’ensemble de ceux qui se sont lancés dans cette expérimentation montrent et règlent les questions qui se posent aujourd’hui, nous n’aurons pas besoin de multiplier les expérimentations ou les démonstrations. On pourra alors commencer à parler d’un déploiement.

RadioActu : Les groupes de travail lancés depuis des années et rebaptisés « Observatoire de la RNT » par le rapport Kessler, vont-ils bientôt reprendre ?
Rachid Arhab : Le CSA a organisé une mission de déploiement de la Radio Numérique Terrestre qui regroupe tous les interlocuteurs et que David Kessler propose de regrouper autour d’un observatoire de la RNT. Les mots n’ont pas d’importance. Ce qui est important, c’est ce que l’on va en faire. Je suis content que l’on puisse se réinstaller tous autour d’une table après cette parenthèse nécessaire pour qu’un observateur extérieur fasse un rapport le plus indépendant possible. Vous savez très bien que le monde de la radio est relativement divisé, même s’il a un point commun : il sait très bien qu’il faut passer par la numérisation de la radio. C’est une question de délai en fonction des intérêts des groupes et d’un certain nombre de données qui faut prendre en compte. Mais cette mission de déploiement qui existe au CSA redémarrera demain matin s’il le faut. L’essentiel est d’avoir un retour d’expérimentation. Que l’on puisse commencer à avoir un objet de discussion réel et non pas de parler tout le temps du sexe des anges.

Patrice Gélinet : J’ajoute également, pour tenir compte de ce qui s’est passé ici, et c’est ce que préconise le rapport Kessler, qu’il est nécessaire de progresser en tenant compte des expériences qui se font à l’étranger avant nous.

RadioActu : L’extinction de l’analogique est un sujet brûlant que le dernier communiqué du CSA vise pour ce qui est de l’AM. Pensez-vous que les groupes de travail pourront cette fois aborder sérieusement ce sujet de fond ?
Rachid Arhab : Moi je le souhaite bien évidement, et vous êtes témoin du fait que cela fait un moment que j’essaye de mettre cette question non pas au centre du débat. Mais on ne peut pas débattre de l’avenir de la radio sans tenir compte de toutes les diffusions actuelles. Il y a un moment où il faut être sérieux lorsque l’on parle de nécessité de trouver un équilibre économique. On ne peut pas avoir une triple diffusion pour un certain nombre d’opérateurs, ce serait un non-sens économique. Donc sans vouloir faire peur, je dis que cette question de l’extinction de l’analogique doit se poser. Nous ne sommes pas obligés de la poser en termes de date, mais il faut qu’elle se pose de la même manière qu’en télévision. Nous avons commencé la TNT sans mettre de date d’arrêt et lorsque la TNT a démarré, nous avons fixé une date d’arrêt. Je pense que l’on peut le faire pour la radio numérique terrestre également.

RadioActu : Quel message auriez-vous à adresser aux stations multi-villes qui désirent étendre leur réseau et aux nouveaux entrants qui désespèrent du retard qui les met en grande difficulté ?
Patrice Gélinet : La solution est simple. Cela s’appelle la RNT.

Rachid Arhab : Et cette RNT doit se prouver sur le terrain encore une fois. Quand les lyonnais vont pouvoir pendant neuf mois disposer d’un certain nombre de radios qu’ils ne pouvaient pas écouter jusqu’à aujourd’hui et lorsqu’ils vont écouter la variété de ce qui existe déjà et de ce qui peut être apporté de nouveau, je crois encore une fois que c’est l’auditeur qui va faire la différence.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE