RNT – David Kessler estime que la radio numérique ne peut pas être lancée

373
373

La RNT verra t-elle le jour en France ? Pas avant plusieurs années, si l’on en croit les conclusions du rapport de David Kessler, rendu public ce mercredi 11 mai. Ce rapport, considéré comme de nombreux observateurs, comme déterminant pour l’avenir de la RNT en France, avait été commandé par François Fillon, Premier Ministre, il y a près d’un an, en mai 2010. En préambule, et après avoir entendu la plupart des acteurs concernés par cet épineux dossier, David Kessler a exposé leurs différentes positions, qu’elles soient favorables ou non à la RNT. Au terme de ce préambule, les conclusions de David Kessler sont sans équivoque : il estime que « dans cette situation où les tensions sont grandes concernant la RNT, il nous paraît clairement que les conditions ne sont pas réunies économiquement pour un lancement à grande échelle de la RNT ». Il indique notamment que les grandes radios nationales ont « maintenu leur opposition à la RNT (…) voire l’ont renforcée, estimant qu’elles ne pourraient pas supporter longtemps un coût de diffusion très faiblement compensé par des perspectives incertaines de recettes nouvelles ». À l’inverse, la RNT a bénéficié du soutien des radios associatives et du SIRTI, « sous réserve de sa faisabilité économique »p, précise David Kessler.

Concernant le modèle de diffusion de la radio sur IP, David Kessler estime que « il importe de penser et d’articuler la RNT et la radio sur IP en tenant compte des spécificités de chaque mode, et non pas de calquer l’un sur l’autre ». Il rappelle par ailleurs que « la confrontation entre les partisans et les opposants à la RNT crée des débats très vifs depuis maintenant plusieurs années ». Mais, pour David Kessler, « les arguments des sceptiques ayant pesé pour l’instant davantage, et ayant même gagné du terrain, la RNT se trouve être dans une impasse ». Un point de vue que ne vont certainement pas partager les stations associatives nantaises qui ont lancé une expérimentation à Nantes, ainsi que les stations privées réunies dans l’expérimentation qui a débuté il y a quelques jours à Lyon. Sur la viabilité économique de la RNT, David Kessler rappelle que l’investissement des pouvoirs publics « ne pourra aller au-delà de ce qui est prévu », c’est-à-dire un soutien à Radio France via la redevance et aux radios associatives via le FSER. « En aucun cas, le grand emprunt destiné à des technologies numériques innovantes ne pourrait être utilisé pour la RNT », indique David Kessler. Cette piste avait été formulée par le SIRTI il y a quelques mois. Il ajoute que « les pouvoirs publics n’ont pas les moyens de financer la totalité du réseau », précisant que « les opérateurs privés qui auraient en principe, les moyens de supporter le développement de la RNT sur l’ensemble du territoire ne souhaitent pas le faire ».

Compte tenu de tous ces éléments, David Kessler estime « un lancement massif de la RNT nous paraît, à supposer qu’il soit souhaitable, devoir être écarté à court terme, faute de moyens ». Il propose néanmoins deux options. la première consistant en un moratoire de deux ou trois ans, avec la mise en place d’un dispositif d’observation des expériences étrangères et en priorité européenne. « la question des normes pourrait être reposée », précise David Kessler. Il suggère également le mise en place d’une expérimentation à l’échelle de la région Bretagne, représentant un bassin de population de 2.1 millions d’habitants et dont le coût est estimé entre 1.4 et 1.7 millions d’euros. « Il est important que l’expérimentation puisse permettre de tester les modèles économiques de la RNT », souligne t-il. Enfin, David Kessler préconise la création d’un Observatoire de la radio numérique qui pourrait être placé sous légide du CSA. « Enterrer la RNT serait sans doute absurde ; constater que les temps ne sont pas mûrs n’interdit pas d’observer et d’agir ». De son côté, le Gouvernement a indiqué qu’il observera « avec le plus grand intérêt les démarches que le CSA pourrait décider de mettre en oeuvre ainsi que les expérimentations que les radios souhaiteraient conduire dans certaines zones avec l’accord du Conseil ».

Téléchargez l’intégralité du rapport Kessler (pdf, 11 pages), cliquez ici.


#Tags de cet article
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE