Sud Radio – « Ce projet garantit les moyens d’un développement ambitieux », selon Jean-Éric Valli

2436 0
2436 0

En vente depuis plus d’un an, Sud Radio va peut-être rentrer dans le giron du groupe Fiducial. 7 ans après son acquisition par l’ex-groupe Start, la station traverse une période particulièrement difficile, en particulier sur le plan financier, qui a conduit ses actuels propriétaires à s’en séparer. Ce projet de cession a connu une étape décisive, après pas moins de 8 Comités d’Entreprise Extraodinaires et la consultations des instances représentatives du personnel de la station. Il y a quelques jours, le CE a émis des réserves sur le projet présenté par Fiducial et a rendu un avis défavorable. Bien que strictement consultatif, cet avis était indispensable à la poursuite de la procédure de cession de la station. « Nous regrettons que les élus n’aient pas dans leur majorité rendu un avis positif. Pourtant, dans un climat morose pour les médias, ce projet réussit le tour de force, de maintenir les équipes tout en garantissant à Sud Radio les moyens d’un développement ambitieux », a estimé Jean-Éric Valli, président de Sud Radio Groupe.

Jean-Éric Valli ajoute que, « compte tenu des retours positifs qu’ont pu nous faire les salariés, nous poursuivons la procédure de cession car nous croyons fermement que le projet de reprise de Fiducial est le plus pertinent au regard de l’emploi et du développement futur de la radio », a-t-il ajouté. Un enthousiasme d’autant plus compréhensible que son groupe, lourdement endetté fait l’objet d’un plan de sauvegarde depuis août 2010. La vente de Sud Radio est aujourd’hui impérative pour permettre au groupe, qui exploite 8 stations régionales, de pérenniser son avenir. Sud Radio Groupe ajoute que le projet présenté par Fiducial « garantit le maintien des équipes, l’ancrage à Toulouse et le soutien au développement national de Sud Radio, dans une démarche de concertation avec les salariés ». Dès qu’il sera officiellement saisi, le CSA devra donner son agrément à cette cession. L’examen du dossier s’inscrit dans une période de tension avec l’autorité de régulation. À plusieurs reprises, Jean-Éric Valli a accusé le CSA d’être responsable de l’échec de Sud Radio en ayant freiné son développement (Buzz Média Orange Le Figaro du 11/03/2013). En septembre 2012, avec Mathieu Quétel, il co-signait dans Le Monde une tribune au vitriol intitulée « Les mauvaises ondes du CSA ».


#Tags de cet article

Rejoindre la conversation

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE