Sud Radio – Négociations avec le groupe Fiducial : la solution de la dernière chance ?

2196 0
2196 0

C’est peut être la solution de la dernière chance pour Sud Radio : ce lundi 6 mai, Sud Radio Groupe a annoncé être entré « en négociations exclusives » avec le groupe Fiducial pour le rachat de Sud Radio. Cette annonce intervient 3 mois après l’échec des négociations avec Marc Laufer, qui a renoncé à reprendre la station. Depuis plus d’un an, Sud Radio Groupe, en proie à d’importantes difficultés financières cherche à se débarrasser de Sud Radio, qu’il avait acquis en novembre 2005 et qui devait devenir le fleuron du groupe. Mais au fil des années, en dépit d’une augmentation conséquente de sa zone de diffusion l’attribution d’une fréquence à Paris en août 2011, l’audience de la station s’établissait à 0,4% à la fin de l’année 2012, soit environ 300 000 auditeurs. Aujourd’hui, la station n’apparaît plus dans les résultats Médiamétrie. Ses effectifs sont composés d’une vingtaine de salariés, et ces derniers mois, le volume des programmes parlés a été considérablement réduit pour laisser place à de longues plages musicales. Désormais, il appartient au CE de Sud Radio d’examiner et de rendre un avis sur ce projet de cession pour que le processus de vente puisse se poursuivre. Lors des négociations avec Marc Laufer, la lenteur de ce processus avait contribué à faire capoter la vente de la station.

« Nous avons choisi d’entrer en négociations exclusives avec Fiducial, car ce repreneur potentiel répond aux critères que nous avions posés dans notre processus, notamment le maintien de l’emploi à Toulouse, le respect de la convention avec le CSA, la capacité financière d’engager les investissements permettant à Sud Radio d’aborder une nouvelle phase de son développement, respectueuse de son histoire », a indiqué Jean-Éric Valli, président de Sud Radio Groupe », dans un communiqué publié ce lundi 6 mai. De sonc côté, le groupe Fiducial a indiqué que que « ce projet d’acquisition s’inscrit dans sa stratégie d’implantation dans le secteur des médias initiée avec le magazine Lyon Capitale et la chaîne Lyon Capitale TV », respectivement en 2008 et 2010. En avril 2012, le groupe Fiducial s’était également porté candidat à l’attribution d’une fréquence nationale sur la TNT HD pour la chaîne D-Facto, mais ce projet n’avait pas été retenu par le CSA. Spécialisé dans le conseil financier et l’expertise comptable et basé à Lyon, le groupe Fiducial emploie plus de 10 000 salariés en Europe et a réalisé un chiffre d’affaire de 748 millions d’euros en France en 2012. Le groupe Fiducial a été fondé en 1970 par Christian Latouche, actuel PDG. Ce dernier figure au 71ème rang des plus grosses fortunes de France selon le magazine Challenges, avec une fortune estimée à 600 millions d’euros en 2012.

En 2011, Christian Latouche avait tenté en vain de reprendre le magazine L’Expansion, une opération que le site Rue89 avait détaillé en novembre 2011 dans un article intitulé « Christian Latouche, l’homme qui a fait peur aux journalistes de L’Expansion », et qui avait valu au site d’information un procès pour diffamation perdu en 2013 par Christian Latouche. En août 2012, dans le cadre d’une série intitulée « Les patrons flingueurs », le quotidien L’humanité avait dressé un portrait sans concessions de Christian Latouche, dans un article intitulé « Christian Latouche. Un videur de boîtes qui ne verse pas dans le bling-bling ». Bordelais d’origine, Christian Latouche est également partenaire du club de rugby du Stade Toulousain depuis 5 ans. Alors pour quelles raisons le richissime homme d’affaires s’intéresse-t-il désormais à Sud Radio et surtout quel est son projet éditorial ? La réponse sera connue le 23 mai prochain, lors du Comité d’Entreprise Extraordinaire au cours duquel le repreneur présentera son projet de reprise aux salariés de la station. De son côté, après avoir démenti dans un premier temps en mai 2012 son intention de se séparer de Sud Radio, le groupe orléanais a indiqué ce lundi 6 mai que la cession de Sud Radio « s’inscrit dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur ses cinq stations régionales (Vibration, Wit, Blackbox, Voltage et Forum) et ses deux radios thématiques à vocation nationale : Ado et Latina ». Ce projet de cession devra par ailleurs recevoir l’agrément du CSA.


#Tags de cet article

Rejoindre la conversation

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE