SYROL – Le syndicat souhaite une aide gouvernementale pour les radios on-line

1958 0
1958 0

Alors que le grand emprunt devrait permettre le développement de l’économie numérique, le SYROL a rappelé le rôle de plus en plus émergeant des programmes numériques diffusés pour certains depuis plusieurs années par les radios on-line. Présidé par Olivier Riou, le syndicat souligne que ces stations proposent des programmes musicaux thématiques originaux inexistants sur la bande FM, contribuant « véritablement à l’enrichissement de l’offre musicale numérique sur Internet et les mobiles auprès du grand public ». Fort de ce constat, le SYROL a souhaité attirer l’attention du gouvernement, et en particulier de Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, et de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la prospective et de l’économie numérique, sur « l’importance des contenus qui sont disponibles aujourd’hui – et demain plus encore – sur les réseaux de communication numériques ».

Alors que le gouvernement affiche sa volonté de développer les réseaux très haut-débit sur l’ADSL et la fibre optique, la diversité des contenus disponibles va se révéler cruciale auprès du grand public. Le SYROL explique que, de par la spécificité de leurs modes de diffusion, la consommation des radios on-line « s’intègre naturellement dans la chaîne de l’économie numérique, car ces programmes sont accessibles facilement sur l’ensemble des supports numériques actuels ». D’autre part, à l’inverse de la radio numérique qui va nécessiter un renouvellement complet du parc de récepteurs, l’écoute des radios on-line est parfaitement adaptée à l’équipement informatique des ménages français. Ce taux d’équipement atteint 70% de la population, selon une étude du CREDOC. Le SYROL souligne que le grand public peut accéder « gratuitement et sans aucun surcoût d’équipement à l’ensemble des contenus numériques, dont les programmes des radios on-line ». Il ajoute que les radios on-line sont également d’ores et déjà accessibles en mobilité dans les zones couvertes par la 3G, alors que le parc de récepteurs pour la radio numérique terrestre est totalement inexistant.

Enfin, alors que le déploiement de la radio numérique terrestre prendra encore de longues années et ne contribuera que faiblement à l’enrichissement de l’offre actuelle de la bande FM, le SYROL explique que « les radios on-line sont une alternative sérieuse à la radio numérique terrestre ». Il demande ainsi au gouvernement « d’inclure dans sa réflexion visant à réduire la fracture numérique, la possibilité d’apporter un soutien financier pour le développement des pures radios on-line ». Il rappelle que ces stations, « en matière d’offre de programmes sontles seuls vrais acteurs de la radio numérique ». Créé en octobre 2007, le SYROL rassemble une cinquantaine de programmes originaux.


#Tags de cet article

Rejoindre la conversation

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE